11 juillet 2015

Hélène Grémillon, Le confident, Folio, 2012

Parmi les cartes de condoléances et autres mots de soutien qu'elle reçoit à la suite du décès de sa mère, Camille trouve une lettre, celle d'un certain Louis, qu'elle ne connaît absolument pas. La missive débute ainsi : « Annie a toujours fait partie de ma vie, j'avais deux ans quand elle est née, deux ans moins quelques jours. Nous habitions le même village -N.- et je la croisais sans la chercher, l'école, les promenades, la messe. » Camille lit ce courrier sans comprendre... Extrait : « J'ai lu cette... [Lire la suite]
Posté par valbev à 19:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

27 février 2015

John Burnside, L'été des noyés, Métailié, 2014

« ...peu importe la forme que nous lui donnons, ou la minutie avec laquelle il est conçu, l'ordre est une illusion et, en fin de compte, quelque chose surgira du vacarme et des ombres de l'arrière-plan et bouleversera tout ce en quoi nous sommes si décidés à croire ». Au début, il y a Mats Sigfridsson qui se noie dans une mer d'huile et par une nuit terriblement tranquille. Puis son frère, Harald, qui meurt de la même manière. Deux adolescents secrets et distants, qui pourtant avaient fini par se lier d'amitié,... [Lire la suite]
21 février 2015

Nathalie Hug, L'enfant-rien, Calmann-Lévy, 2011

Lu dans le cadre d'un comité de lecture sur le thème de : « Mots pour maux ». Extrait : « Il est debout devant moi, tout se déforme, je ne peux pas le toucher. Il tient le bébé dans ses bras, il embrasse son front, il le serre à l'étouffer et lui dit Je t'aime, mon ange, je t'aime, comme tu m'as manqué. Puis il l'emporte vers son berceau et je voudrais me transformer en flaque d'eau de pluie afin qu'il ne m'oublie pas pour rien. Mais je suis toujours là, malgré mes efforts pour disparaître, je suis sur... [Lire la suite]
Posté par valbev à 18:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
21 février 2015

Nicolas Clément, Sauf les fleurs, Buchet-Chastel, 2013

  Lu dans le cadre d'un comité de lecture sur le thème de : « Mots pour maux ». Un texte extrêmement fort dont on ne sort pas « indemne ». Le style est inventif. Il permet de restituer en peu de mots tous les événements, la violence, la peur, la souffrance physique et morale, la douceur d'une mère et de son amour, celui d'un frère et celui avec un grand A quand il veut bien se laisser saisir, la douleur de la perte aussi...Tout est condensé dans des phrases qui s'épanouissent comme un long poème, façon... [Lire la suite]
Posté par valbev à 17:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
06 octobre 2014

Toine Heijmans, En mer, Christian Bourgois Editeur, 2013

Lu dans le cadre d'un comité de lecture sur le thème de « la mer » : Extrait : « Mon voilier se pilotait tout seul, la mer glissait sous lui avec aisance. Je n'avais rien d'autre à faire que regarder aux alentours toutes les dix minutes, contempler le monde dont le bateau était le centre. Ce n'était guère difficile de rester éveillé ; dans ce cercle que j'embrassais d'un seul coup d’œil, chaque lumière à l'horizon, chaque ombre dans l'eau était une distraction (…). J'étais l'homme qui saisissait tout... [Lire la suite]
Posté par valbev à 22:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
04 octobre 2014

Féodor Dostoïevski, Les Pauvres Gens, Folio Classique, 2005

  « La littérature, c'est … un tableau ; je veux dire que c'est en quelque sorte un tableau et un miroir : la peinture des passions, une critique très subtile, un enseignement propre à l'édification et un document »... Voici ce que note Macaire Diévouchkine dans une de ses lettres à sa chère Varvara Dobrossiélova. Tous deux habitent le même lieu, de part et d'autre d'une petite cour. Une jeune fille et un homme d'âge mûr. Deux êtres asservis par la pauvreté. Ce roman, le premier écrit par Dostoïevski, nous... [Lire la suite]

16 juillet 2014

D. H. Lawrence, L'Amant de lady Chatterley, Folio Classique, 2013

  Considéré comme un classique incontournable de la littérature érotique, ce roman est surtout une diatribe contre la révolution industrielle qui asservit l'homme, lui enlève toute noblesse et qui détruit la beauté de la nature qui nous entoure. C'est aussi une quête : la quête d'un amour absolu, physique, animal dans le sens de notre propre animalité qui n'a rien de péjorative, sentimental aussi. Plus précisément, il s'agit de l'histoire d'une femme prisonnière de ce qu'elle croit que l'on attend d'elle, sans... [Lire la suite]
09 juin 2014

Romain Puértolas, L'extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikéa, Le Dilettante, 2013

Phénomène éditorial, cet ouvrage original raconte les tribulations de Ajatashatru Lavash Patel -je sais, c'est difficile à prononcer-, fakir de son état. Parti de son village en Indes, il débarque à Paris pour se procurer un lit à clous -eh, oui ! profession oblige- avec en poche un unique et terriblement faux billet de 100 euros. Le lit en question, vous l'aurez deviné, fait partie du catalogue d'Ikéa. On trouve décidément de tout dans ce temple de la consommation moderne... Sauf que, bien sûr, rien ne se passe comme... [Lire la suite]
Posté par valbev à 12:51 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
17 mai 2014

Kenichi Yamamoto, Le secret du maître de thé, Mercure de France, 2012

 Lu dans le cadre d'un comité de lecture sur le thème du  : « Japon ». Kyoto dans la seconde moitié du XVIème siècle. Le « grand rapporteur » Hideyoshi, seigneur de guerre, maître après l'empereur de l'Empire du Milieu, a décidé que son maître du thé, Rikyû devait mettre fin à ses jours. Ce dernier, âgé de soixante-dix ans, ne se dérobera pas, ne cherchera pas le pardon. L'auteur nous emmène à la découverte de son histoire et de son secret, dans un récit qui fonctionne à reculons à travers des décennies... [Lire la suite]
Posté par valbev à 23:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
29 avril 2014

Haruki Murakami, Kafka sur le rivage, 10/18, 2007

 Lu dans le cadre d'un comité de lecture sur le thème du  : « Japon ». Extrait : « Nous perdons tous sans cesse des choses qui nous sont précieuses (…). Des occasions précieuses, des possibilités, des sentiments qu'on ne pourra pas retrouver. C'est cela aussi, vivre. Mais à l'intérieur de notre esprit -je crois que c'est à l'intérieur de notre esprit-, il y a une petite pièce dans laquelle nous stockons le souvenir de toutes ces occasions perdues. Une pièce avec des rayonnages, comme dans cette bibliothèque,... [Lire la suite]