15 juin 2011

Arnaldur Indridason, La cité des jarres, Points Policier, P1494, juin 2006

Un homme de 70 ans gît, le crâne fracassé, assassiné dans son appartement…Un crime à « l’islandaise » comme le pense Erlendur Sveinsson…Un crime violent, impulsif, pour un motif simple comme le vol, où la mauvaise personne se trouve au mauvais endroit, au mauvais moment ! Peut-être… ou bien, ce n’est pas si simple : il a ces milliers de photos et films pornographiques que possédaient ce vieil homme, il y a l’odeur vraiment putride qui règne dans son appartement (il faut préciser que l’immeuble est vétuste et a été... [Lire la suite]
Posté par valbev à 15:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

11 juin 2011

Donna Leon, Le cantique des innocents, Calmann-Lévy, 2007

Rien  à voir avec le style de Fred Vargas et les romans noirs qu’elle écrit (voir le commentaire de lecture ci-dessous). Attention : ce n’est pas une critique et je sais qu’il ne faudrait pas trop comparer différents écrivains. Chaque auteur a sa touche personnelle, mais franchement, je préfère celle de Fred Vargas. Donna Leone est une « reine » du polar et je veux bien le croire. De fait, ce roman, qui est le premier ouvrage de cet auteur que je découvre, ne m’a pas déplu. Cela m’évoque Agatha Christie, dont... [Lire la suite]
Posté par valbev à 10:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
11 juin 2011

Fred Vargas, L’homme à l’envers, Viviane Hamy, 1999

Normal 0 21 MicrosoftInternetExplorer4 /* Style Definitions */ table.MsoNormalTable {mso-style-name:"Tableau Normal"; mso-tstyle-rowband-size:0; mso-tstyle-colband-size:0; mso-style-noshow:yes; mso-style-parent:""; mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt; mso-para-margin:0cm; mso-para-margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:10.0pt; font-family:"Times New Roman"; mso-fareast-font-family:"Times New Roman";} C’est avec un plaisir sans limite que j’ai retrouvé le... [Lire la suite]
Posté par valbev à 10:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
10 février 2011

Arnaldur Indridason, L’homme du lac, Editions Métailié, 2008

Au fonds du lac Kleifarvatn dont les eaux baissent selon un phénomène que les scientifiques ont du mal à expliquer, voilà qu’apparaît un squelette attaché à un ancien appareil émetteur russe. C’est le départ d’une nouvelle enquête pour l’inspecteur Erlendur Sveinsson et ses collaborateurs… Il s’agit là, pour moi, du premier roman policier que je lis de cet auteur islandais bien connu et cette découverte m’a enthousiasmé… Nous sommes loin des thrillers haletants truffés de scènes macabres, d’affrontements musclés, de poursuites... [Lire la suite]
Posté par valbev à 22:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
09 février 2011

Stieg Larsson, La reine dans le palais des courants d’air, Millénium 3, Actes Noirs, Actes Sud, 2007

Me voici arrivée à la fin de cette série rendue célèbre grâce au battage médiatique autour de l’œuvre, mais aussi à cause de la mort soudaine de son auteur. Dans les grandes lignes, je reste sur l’impression que le deuxième tome m’avait laissé : la lecture est aisée, les pages se dévorent facilement, mais sans offrir plus, au final. L’intrigue est agréable à suivre, mais n’est pas réellement passionnante, …Non, vraiment, il n’y a que le premier tome qui m’ait accroché ! Le démontage de la sombre machination ourdie contre Lisbeth... [Lire la suite]
Posté par valbev à 16:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
04 mars 2010

Martín Solanes, Quand la lune sera bleue, Suites majorquines I, Flammarion Noir, 2008

Des morceaux de cadavres, en piteux état, qui viennent encombrer le décor de l’île de Majorque alors que s’annonce la période estivale et son flot de touriste, cela fait désordre et cela donne bien des mystères à résoudre pour la police locale et ses techniciens spécialisés dans la recherche du moindre indice sur les scènes de crime… En soit, décrit ainsi, le lecteur pourrait s’attendre à un thriller haletant, plein de suspens…mais personnellement, je trouve que ce récit émaillé de quelques découvertes macabres, manque de tension, de... [Lire la suite]
Posté par valbev à 22:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
22 septembre 2009

Pierre Pelot, Les promeneuses sur le bord du chemin, Editions Phébus, 2009

Le récit, pourtant assez court puisque ne comptant pas beaucoup plus que deux cent pages, progresse avec lenteur. Surtout fondé sur un dialogue, comme un jeu de chat et de souris, l’intrigue se dévoile. J’ai trouvé les cinquante premières pages presque maladroites, avec une conversation qui semblait ne mener nulle part entre Blair, le détective alcoolique, et Norte, l’écrivain à succès, aux romans qui se vendent comme des paquets de chips –ce n’est pas moi qui l’écris, c’est l’auteur lui-même-. Il y avait néanmoins quelques... [Lire la suite]
Posté par valbev à 22:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
18 novembre 2008

Fred Vargas, Un lieu incertain, Editions Viviane Hamy, 2008

Voici un roman noir (son « habit » l’est en tout cas, noir !)…un roman qui oscille entre le « thriller » sanglant et le fantastique, le tout soutenu par un humour léger, décalé et bienvenu… De fait, malgré l’horreur des crimes commis, malgré une ambiance glauque, ce livre nous emmène avec nonchalance  à la poursuite d’un tueur étrange, motivé semble-t-il par une  vengeance dont les origines sont à chercher il y a trois cents, contre un vampire présumé et ses descendants… Nonchalance…car le héros de ce roman que je découvre... [Lire la suite]
Posté par valbev à 21:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
23 décembre 2007

Les âmes grises, Philippe Claudel, Editions Stock, 2003.

Environ 280 pages qui se lisent quasi d’une traite. Une écriture forte sous forme de petites phrases percutantes, prenantes dont on a du mal à se détacher. Et pourtant, nous ne connaissons presque rien des personnages, des lieux tant ils sont décrits avec le minimum de mots (leur nom est à peine évoqué). Mais leurs âmes…leurs âmes grises perdues dans les fumées et la fureur lointaine du front, perdues dans leurs turpitudes, des âmes étroites devrions-nous dire, qui se contentent de peu, quasi sans prise de conscience, sans remise en... [Lire la suite]