ceux qui vont mourir te saluentRome et l'Ecole Française. Rome et la Bibliothèque vaticane.

Cela se passe de nos jours, mais il y a pourtant bien trois empereurs romains qui sévissent dans les rues de l'éternelle cité : Tibère, de son vrai nom Thibault Lescale, Néron, en fait David Larmier, et Claude -il s'agit pour ce troisième personnage, de son vrai prénom-...Claude Valhubert.

Bon, ok, c'est un trio d'étudiants un peu allumés (aucune allusion n'est faite là aux brasiers que Néron ordonna de déclencher dans la Rome antique, non, non!), mais un trio somme toute, assez sympathique...

Tout débute avec un morceau de manuscrit qui porte une esquisse peut-être réalisée par Michel-Ange ; un manuscrit qui semble avoir été dérobé à la « Vaticane »...

Henri Valhubert, le père de Claude et éditeur d'art, paraît en être persuadé. Si non, pourquoi se serait-il précipité à Rome, par une chaleur étouffante, alors qu'il a toujours évité la capitale italienne en plein été ? Et pourquoi s'y ferait-il assassiné, grâce à une bonne dose de ciguë, le jour même de son arrivée, lors d'une soirée dans les jardins du Palais Farnèse, si le voleur du précieux croquis ne s'était senti menacé ?

Et puis, il y a la très belle et très charismatique Laura, venue identifier le corps de son défunt époux. Si belle et si charismatique que tous ceux qui la côtoient, la vénèrent, y compris et surtout, nos trois empereurs, Tibère, Néron et Claude...

La police italienne devrait pouvoir mener une enquête classique et sans accroc. Oui, mais voilà, le frère de la victime, Edouard Valhubert -vous suivez toujours?- est ministre d'état français et, vraiment, il tient à ce que le meurtre d'un proche, qui ne lui manquera pas beaucoup, n’entache pas sa réputation familiale. Aussi, charge-t-il un homme de confiance, Richard Valence, de la délicate mission d'étouffer l'affaire.

En fait, Valence ne va rien étouffer du tout, car un sentiment de malaise va vite s'emparer de lui. Il lui faut résoudre cette enquête, impérativement, et peut-être bien par amour...

Il s'agit d'un roman policier hors norme comme sait si bien les écrire Fred Vargas.

J'ai, naturellement, une préférence pour Un lieu incertain, L'homme à l'envers, Sous les vents de Neptune ou L'armée furieuse, mais ce petit livre est aussi plein d'inventions. Les trois empereurs forment ici le groupe de « héros » atypiques que l'écrivaine affectionne. L'enquête est bourrée de chausse-trappes et de rebondissements. Agréable.