les dames de grâce adieuVoici huit nouvelles, huit contes merveilleux à travers lesquels l'auteure continue à explorer les arcanes de l'Autre Pays et de la magie. Un monde si proche que sa frontière avec notre réalité, avec les terres anglaises plus précisément, est bien ténue. Nous y retrouvons ponctuellement quelques personnages connus pour le lecteur qui aurait parcouru l'incroyable Jonathan Strange & Mr Norell (cf. mon commentaire de lecture du 17 décembre 2012).

La verve poétique est toujours aussi présente. Il est délicieux de se laisser porter et d'errer, ainsi, dans les brumes mystérieuses, les petits sentiers isolés, le fonds des jardins à l'ombre des arbres centenaires.

Ma préférence, je l'avoue, va au conte intitulé « Mrs Mabb » dans lequel une fée « infame » et une jeune fille se dispute l'amour d'un beau soldat à la chevelure flamboyante. Les moyens dont elles usent sont déroutants, mais l’assiduité de l'une va finir par venir à bout des pièges de l'autre.

L'ensemble est aussi léger que la mousseline d'une robe d'été ou les ailes fragiles d'un papillon.

Un univers féerique, farfelu, plein d'humour, où se côtoient certains grands personnages de l'Histoire et d'autres tout droit sortis de l'imaginaire. Encore un petit bonheur de lecture.