dumasAprès avoir côtoyé Mazarin pendant plus de 600 pages (Mazarin, Le maître du jeu, Editions de Fallois 2007), voici que Simone Bertière nous invite à partager la vie d’Alexandre Dumas, non pas du point de vue tout à fait académique de la biographie, mais à travers l’élaboration de son œuvre la plus célèbre : les Trois mousquetaires.

Avec son écriture fluide, l’auteur nous entraîne dans le sillage d’un écrivain aux frasques amoureuses et financières dignes d’un roman de cape et d’épée ! Un écrivain qui n’ambitionnait pas du tout de devenir illustre grâce des romans-feuilletons (puisque c’est par épisode et dans les journaux que vont être publiés à l’origine la quasi-totalité de ses écrits), mais qui souhaitait figurer au panthéon des auteurs de théâtre, des dramaturges…Nécessité faisant loi, il s’est vite avéré que si le théâtre serait son éternelle passion, les romans pouvaient conquérir un public beaucoup plus important et fournir de l’argent frais beaucoup plus rapidement.

Sans être vénal, il faut bien vivre et faire vivre ceux et celles qui vous entourent : les co-auteurs (ou nègres) qui vivent dans votre ombre, à l’instar du fameux Auguste Maquet, et les maîtresses, nombreuses, ou femmes légitimes, sans compter la progéniture…

Simone Bertière décrit, à juste titre, un grand écrivain, truculent, généreux, travailleur acharné, curieux de tout, vantard impénitent, et somme toute très sympathique. Sans oublier son œuvre d’une richesse étonnante !

En bref, une lecture qui donne très envie de lire ou relire les ouvrages d’Alexandre Dumas (et pas uniquement ses célébrissime Trois mousquetaires) !